Les maisons d’édition à compte d’auteur (ou participative) - Les Chroniques de Jo
136
post-template-default,single,single-post,postid-136,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Les maisons d’édition à compte d’auteur (ou participative)

Hey mec, quitte à payer pour être publié, fais-en sorte que l’argent te revienne !

Ignorante de l’existence de ces sociétés quand j’ai voulu publier mon bouquin, je l’ai diffusé partout. Grosse erreur ! Si vous saviez le nombre de devis que j’ai reçu. De 750 € à parfois plus de 4000 € pour faire le travail que je fais en autoédition et qui ne me coûte pas plus de 500 € à chaque livre (maintenant que je sais m’y prendre et que je connais mes prestataires).

Des anecdotes pas si drôles

Une fois, j’ai eu un commercial au téléphone qui ne faisait même pas semblant de croire en ce qu’il déblatérait. C’était les Éditions Sydney Laurent avec un joli logo qui fait penser à une marque de parfum. Pour le coup, ça puait tellement l’arnaque…

Autre anecdote, il m’est aussi arrivé de recevoir d’une de ces soi-disant maisons d’édition le contrat destiné à un autre auteur. En termes de gestion administrative, ça donne une idée de l’organisation de la société en question.

Je ne dis pas que ces maisons d’édition à compte d’auteur sont toutes des escroqueries, mais, est-ce bien utile ? Franchement, faites-vous confiance et lancez-vous dans l’auto-édition. C’est un chemin plus tortueux, mais les bénéfices sont aussi plus importants.

Pourquoi tant de haine ?

Pour être tout à fait honnête, vous savez ce qui me dérange le plus avec ces maisons d’édition ? Ils nous connaissent trop bien, nous les auteurs en mal de publication. Nos failles, nos désirs, nos envies, nos craintes… ils ont tout étudié et savent nous rassurer, nous flatter… Ah, que notre ego d’écrivain nous mène parfois sur de sombres sentiers. Si vous croyez en votre manuscrit, croyez en vous et faites-vous confiance pour réussir par vous-même. Bien sûr qu’ils vous diront que vous êtes le nouveau Dan Brown. Arghh !

Il existe de nombreux forums qui permettent de faire le distinguo entre les vraies maisons d’édition et les « fausses » (participative ou à compte d’auteur). Quand on lit les mauvaises expériences avec certaines d’entre elles, je crois qu’il est important de réfléchir à deux fois avant de signer leur contrat et de leur verser plusieurs mois de salaire.

Les autres alternatives

En attendant le Graal (signer avec une super maison d’édition à compte d’éditeur), l’auto-édition est un moyen intéressant de se faire repérer. Et si le caractère financier ne vous affecte pas pour l’instant, il existe des plateformes d’écriture comme Wattpad qui peuvent permettre de se faire découvrir ou simplement d’être lu par une communauté de lecteurs. Pour ma part, j’ai mis la première partie du tome 1 de Zéladonia sur www. monbestseller.com.

Et vous, avez-vous eu de mauvaises expériences avec ces maisons d’édition à compte d’auteur ?
Des anecdotes amusantes ?
Des retours positifs, aussi ?

Commentez cet article ci-dessous.

No Comments

Post A Comment