Se faire aider et développer un réseau - Les Chroniques de Jo
146
post-template-default,single,single-post,postid-146,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Se faire aider et développer un réseau

La première leçon à apprendre pour un auteur autoédité : s’entourer. Je dirais même mieux : bien s’entourer. L’isolement et la suffisance conduisent à l’échec.

 

Un réseau de professionnels

J’ai eu la chance de rencontrer une fabuleuse graphiste en la personne de Lydie. Depuis, je ne travaille qu’avec elle pour mes couvertures. Quand on a l’opportunité de tomber du premier coup sur une personne dynamique, professionnelle et disponible, il ne faut pas la lâcher. Elle-même auteure (La Nébuleuse d’Héra), elle réussit à recréer la vision parfaite que j’ai dans mon esprit. Et lorsqu’il m’arrive d’avoir des idées farfelues, son avis m’est indispensable. Sa collaboratrice Leslie est devenue ma correctrice pour le tome 2 de Zéladonia Descendance.

 

Sur les réseaux sociaux

Sur Facebook, deux groupes fermés existent (un article plus complet détaille ces groupes d’entraide). Ils sont une vraie mine d’or et de renseignements : Auteur indépendant sur Kindle et Entr’auteurs. Les administrateurs partagent avec les membres des fiches pratiques sur les sujets qui reviennent fréquemment : le statut légal de l’auto-éditeur, la déclaration fiscale, les bugs avec KDP, etc… Et les auteurs y posent leurs questions, les autres y répondent en expliquant leur expérience en la matière.

Allez y faire un tour !

Soumettre son texte à des bêta-lecteurs

Cela peut paraître évident pour certains d’entre vous, mais je me suis rendue compte que pour d’autres, ça ne l’est pas. Et c’est quelque chose d’assez difficile à trouver.

Il faut des gens de confiance, qui ne risquent pas de divulguer le fichier sur le net, et qui soient en plus assez compétents pour faire des remarques qui ne soient pas uniquement des jugements, mais des apports constructifs pour améliorer le roman.

Pour ma part, j’ai la chance d’être épaulée par trois amis qui ont chacun leur façon de faire. Je développe notre manière de procéder dans un article qui leur est consacré.

 

L’écriture est une discipline qui côtoie d’autres formes artistiques

Auto-publier mes romans m’a permis de toucher du doigt d’autres types d’art et développer un réseau en dehors de la sphère de l’écriture. J’ai ainsi pu travailler avec la très talentueuse dessinatrice Laetitia Meynier qui a réalisé pour moi ce visuel de mes personnages.

C’était une collaboration très intéressante, et j’ai mis la casquette d’un chef de projet pour guider l’artiste dans sa création. Pour vous, je partage un croquis réalisé pour trouver le visage de mon personnage.

Si vous vous demandez pourquoi je tenais à faire un dessin que je n’utilise pas sur la couverture des romans, la réponse est simple : pour le plaisir. J’adore mélanger toutes les formes de conception artistique. Et quel bonheur de voir Emma, Luen et Zara avec ces quelques couleurs… J’exploite principalement cette image pour faire de la promo sur les réseaux sociaux.

Chris, un youtubeur pas comme les autres

Enfin, il y a un partenariat assez spécial que j’ai eu la chance de mettre en œuvre avec un célèbre youtubeur. Poisson fécond, ou Chris pour les intimes. Bien évidemment, il ne s’agit pas d’un réel partenariat avec placement de produit (je n’en ai pas les moyens). En vérité, il a fait un petit clin d’œil dans une de ses vidéos en faisant apparaître Zéladonia quelques secondes. Mon frère, qui bosse avec lui, nous a mis en contact et cela s’est fait naturellement. Il y avait une occasion à saisir, c’est ce que j’ai fait. La vidéo, comme vous pouvez le voir, cumule plusieurs centaines de milliers de vues. En termes de ventes, je ne pense pas en avoir fait beaucoup grâce à cette visibilité. Une quinzaine, tout au plus. Mais c’est déjà ça !

 

Et vous, que faites-vous pour accroître votre réseau pour être lu et diffusé ?
No Comments

Post A Comment