Sg Horizons, auteure passionnée et indépendante - Les Chroniques de Jo
749
post-template-default,single,single-post,postid-749,single-format-chat,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Sg Horizons, auteure passionnée et indépendante

 

Sg Horizons ! Enfin ! Je rêvais de faire cette interview. Pourquoi tant d’enthousiasme ? me demanderez-vous… Déjà, parce que je suis une de ses lectrices (j’ai adoré La Magie d’Avalon). Aussi parce que ma délicieuse amie Joanna est une grande fan. Et car je suis intriguée. Tant d’ouvrages parus, toujours en autoédition. Je voulais en savoir plus…

En quelques mots, si vous ne connaissez pas Sg Horizons, c’est une plume fluide et envoûtante qui peut vous amener sur la belle île d’Avalon avec une saga, et dans une autre, vous embarquer dans un monde futuriste dirigé par des vampires. Une écriture très visuelle [avec l’impression de se retrouver dans sa série Netflix préférée] que j’apprécie. C’est moderne, frais et tout simplement fantastique !

Découvrons ensemble les petits secrets de cette écrivaine passionnée…

Ma première question, Sg Horizons, comment vous est venu le succès ?

Sans que je ne le réalise vraiment. J’étais en mode créatif depuis plus d’un an, écrivant plus de dix heures par jour, littéralement happée dans mes histoires. De ce fait, je n’ai pas réalisé que mes livres caracolaient dans le top du classement de plusieurs catégories.

Vous êtes auteure à temps plein. Avez-vous déjà essayé de travailler avec une maison d’édition ?

Pas vraiment. En fait, j’ai signé avec deux maisons d’édition étrangères, une coréenne, et l’autre, italienne afin de traduire l’une de mes séries. Si une grande maison d’édition française m’approche, j’analyserai avec attention à sa proposition.

Je travaille depuis plus de 6 ans en me formant à l’autoédition sur le tas. Je pense en connaître les rouages, mais de là à les maîtriser, non. Cela dit, il s’agit de l’expérience la plus enrichissante de ma vie. J’ai beaucoup appris en gérant tous les pans de l’édition, car c’est cela être un auteur autoédité. Je suis le type de personne qui s’épanouit dans la diversité, la polyvalence. C’est donc parfait pour moi.

J’apprécie la liberté de pouvoir raconter mes histoires comme je les imagine. Je ne veux pas rentrer dans un moule, que l’on impose tel ou tel changement non parce que cela rendrait l’histoire plus intéressante, mais plus vendeuse en la faisant ressembler à tel ou tel best-seller.

Paradoxalement, même si j’aime gérer l’écriture, relecture, création couverture, publication, marketing, etc. il m’arrive de regretter de ne pouvoir entièrement me consacrer à l’écriture. J’ai tellement d’histoires en tête que je voudrais écrire, mais il faut que je gère le reste qui est très chronophage.

Bon, je suis curieuse… Pourquoi le pseudonyme Sg Horizons ?

« Sg » sont mes initiales et « horizon » c’est le pseudo que j’utilise depuis mes premières virées sur le net. Cela faisait référence à mon envie de voyages, d’aventure que j’ai réalisé depuis au travers de multiples périples à travers le monde. Écrire est pour moi une autre forme de voyage. Inclure « horizon » à mon nom de plume m’a paru naturel. J’ai rajouté un « s » à horizon parce que clairement, dès le départ de mon aventure littéraire, je savais que j’allais créer de multiples univers.

Maintenant, la question de mon amie Joanna, la « fan » inconditionnelle qui m’a presque obligé à acheter le tome 1 [Morgane] de la saga La magie d’Avalon : est-ce que vos personnages sont inspirés de personnes réelles ?

Tout à bord, un coucou à votre amie et remerciez-la s’il vous plaît d’avoir tenté l’aventure avec moi. Pour répondre à sa question, oui. Beaucoup de mes personnages sont inspirés de personnes réelles : les miens, ceux que j’aime. Ils sont ceux qui m’inspirent le plus. Quant à mes héros et plus particulièrement mes héroïnes, je décris qui j’aimerais être : courageuses, déterminées, capables de faire de l’humour dans les situations délicates.

Parlez-nous de votre dernier livre ? Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire cette histoire en particulier ?

The Game est ma série la plus récente. C’est une dystopie fantastique. Ma meilleure amie a essayé de faire écrire sur les vampires pendant des années, sujet qu’elle adore comme beaucoup d’entre vous. C’est un sujet que j’affectionne également, mais il était hors de question que j’écrive sur les vampires si l’histoire n’était pas originale. C’est alors que l’idée est venue : un monde futuriste dirigé par les vampires. Là, c’est différent. Là, je peux me transporter et vous avec moi, dans un monde qu’on n’a pas encore vu. L’histoire m’a happée. Je me suis lancée. De plus, ce récit se déroule dans le futur ce qui me permet d’aborder enfin de la science-fiction, un genre que j’affectionne tout particulièrement.

Pour tout vous dire, ce livre, c’est cinq semaines d’écriture. Il fait pourtant plus de 500 pages. J’ai été totalement possédée par l’histoire.

D’ailleurs, j’ai l’impression que votre roman porte des valeurs et des symboles qui vont plus loin que la simple expérience de lecture d’un bon roman SF ?

Oui, je m’interroge sur ce que signifie « être humain ». On arrache tout aux candidats de ce jeu télévisé dont fait partie Rick, l’héroïne. On les prive de leur famille, de leur cadre de vie pour les transporter dans un palais au cœur d’un jeu qui exigera d’eux à ce qu’ils se surpassent que cela soit physiquement comme psychologiquement. Rick découvrira ce qui est réellement arrivé à l’humanité lorsque le monde a basculé en 2019 soit 183 ans plus tôt pour eux.

Donc on peut dire que la fantasy/fantastique/science-fiction est votre genre de prédilection ?

En effet, pour la simple raison qu’ils me transportent hors du monde réel. Il y a également le fait que pour moi, faire vivre des expériences exceptionnelles à mes personnages lui permettent de se révéler. Plus que cela, il se transcende.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ? Comment trouvez-vous vos idées ? Votre inspiration ?

Un rêve. Je rêve beaucoup et généralement, je tente de continuer ce rêve une fois réveillé pour voir où l’histoire pourrait me mener. Il m’arrive aussi qu’un livre ait pour naissance une question. Pour vous donner un exemple, j’ai visité Rome et les statues des anges armés m’ont interpellé. L’armée de Dieu, c’est ce que représentent les anges : une armée. Je me suis donc demandé ce qu’il se passerait si les anges étaient envoyés sur terre. Une guerre avec les hommes serait-elle inévitable ?

C’est ainsi que j’ai écrit La chute des anges .

Comme un auteur autoédité ne travaille jamais seul, je pose toujours cette question pour mettre à l’honneur ces personnes de l’ombre qui participent à l’élaboration des livres : alors, des partenaires à remercier ? Des amis ?

Mes bêta-lectrices : Manue, Ariane, Clo et Pam, ma correctrice, Agnès et ma meilleure amie, Crystel qui m’écoute et me conseille encore et encore à chaque nouvelle série de livres que j’écris. Je leur dois beaucoup. Merci, les filles. 😉

Avez-vous des conseils à donner à ceux qui se jettent à corps perdu dans l’aventure ?

Lancez-vous et écrivez… écrivez encore.

Merci Sg Horizonss pour ce beau moment d’échange.

 

 

Vous hésitez encore à vous plonger dans The Game? Arrêtez tout, foncez, rendez-vous sur Amazon pour découvrir le synopsis. Pour ma part, ma Kindle est déjà en train de le télécharger. Le tome 2 vient de sortir et le dernier tome de la trilogie paraîtra en fin de l’année.

Et n’oubliez pas : les messages/commentaires que nous recevons de nos lecteurs sont autant de plaisirs et de motivation pour continuer à faire rêver les gens ! J’ai aussi appris que Sg Horizons a d’autres talents : la création de couvertures. On l’encourage à continuer à aller au bout de ses rêves. C’est tellement agréable quand elle les partage avec nous…

No Comments

Post A Comment